Les jeunes entrepreneurs réunis dans un café d’échanges d’expérience pour renforcer la résilience économique et promouvoir la paix par le FNJEC grâce au soutien de NPCYP.

Ces échanges, ténues dans la grande salle de l’hôtel Serena de Goma samedi 27aout        2021, ont porté essentiellement sur le partage d’expériences entre jeunes entrepreneurs autour de l’apport de leurs différentes entreprises non seulement dans la lutte contre le chômage mais également dans la consolidation de la paix dans leur région, longtemps ravagée par l’insécurité et la guerre.

Organisée par la Fédération  National des Jeunes Entrepreneurs du Congo (FNJEC) avec le soutien de NPCYP (National Partenairship for Children and Youth for Peace), dans le cadre du projet YAPP (action des jeunes pour la paix)  ces assises ont réuni, non seulement les jeunes de Goma mais aussi plusieurs organisations du Sud-Kivu, du Maniema et d’autres provinces de la RDC.

Pour Monsieur Pacifique PATAULI, coordonnateur provincial de la FNJEC, l’objectif de ce café était de booster le secteur de l’entrepreneuriat et ensuite amener  les jeunes entrepreneurs à joindre leurs efforts à ceux des autorités pour participer à  la stabilisation  de la RDC.

«  Nous voulons, à travers cette activité, donner de l’espace aux jeunes qui ont émergé et qui ont fait un pas dans l’entrepreneuriat pour partager leurs expériences aux autres jeunes,… pour donner un message d’espoir, donner une force, mais aussi  booster les jeunes à devenir plus créateurs d’entreprises que demandeurs d’emplois… Egalement, nous voulons faire de l’entrepreneuriat une arme de paix et de développement en province du Nord-Kivu en particulier et en RDC en générale. Au de-là des efforts qui sont faits par les autorités pour ramener la paix à l’Est de la RDC, nous croyons qu’avec l’arme appelée l’entrepreneuriat nous pouvons aussi ajouter un plus dans la stabilité et le développement de notre province » a indiqué Pacifique PATAULI.

 

Satisfaite de la tenue de ces assises, Justine NAMWANGU, directrice de programme au sein de NPCYP salue l’impact de l’entrepreneuriat dans la restauration de la paix,   un combat que NPCYP ne cesse de mener

« Nous avions trouvé selon les expériences que la majorité des jeunes adhèrent dans des groupes ou bandes armés, dans des mouvements violents  parce qu’ils n’ont pas d’emplois. Et comme vous le savez, en RDC il y a de l’emploi mais ce n’est pas vraiment suffisant pour tout le monde. Et donc, il faut amener les jeunes à s’auto prendre en charge en créant eux-mêmes leurs emplois à travers l’entrepreneuriat. C’est ce qui a motivé NPCYP à accompagner la FNJEC,… » a-t-elle déclaré.

Et d’ajouter, parlant de ses impressions :

« Nous sommes très contents de voir qu’il y a pas mal des jeunes qui ont déjà commencé des processus d’entrepreneuriat avec leurs propres idées et qu’il y a plus de l’innovation dans leur manière de faire. A part cela il y a aussi les soucis de travailler en collaboration, en réseau,…C’est vraiment très important, et ça nous donne le souci de les accompagner davantage et de faire des plaidoyers pour qu’il y ait plus d’appui et d’accompagnements pour ces jeunes. »

Au sortir de l’activité, plusieurs participants ont loué l’initiative des organisateurs vu la richesse des échanges qu’ils ont eus pendant ce café.

Pour Fidèle BASHIGE, créateur d’une agence de Communication basée à Goma dénommée FIDBAGraphics, l’un d’eux, les assises de ces genres permettent d’épanouir les relations et de se sentir à l’aise dans le monde des affaires.  Tout ce que nous pouvons dire à FNJEC et ses partenaires, indique-t-il, « c’est de ne pas baisser les bras dans l’accompagnement des entrepreneurs. C’est dans des cafés pareils que nous, jeunes entrepreneurs, trouvons des solutions et des réponses face aux différents problèmes que nous découvrons dans nos différentes entreprises… »

Notons qu’au mois de décembre prochain, les partenaires ont émis le vœu de voir organisé un grand salon d’entrepreneurs au cours duquel sera donné un espace d’expositions des produits d’entreprises locales dans le but non seulement de leur promotion mais également de parler de la promotion de la paix à travers l’Entrepreneuriat.

Patrick BASSHAM