L’impact socio-économique du projet YAPP visible à Kalehe grâce au dynamisme de SELP

La Solidarité pour l’Encadrement et Lutte contre la Pauvreté (SELP) a présenté à l’équipe de NPCYP le mardi 23 juin 2020 les récoltes obtenues de la dernière saison dans les axes de Luzira et Tshofi en territoire de Kalehe. Cette production a favorisé une cohabitation pacifique en ces lieux.

 

Accueilli chaleureusement par les jeunessur place, NPCYP a d’abord rencontré  l’équipe de SELP qui lui a présenté les produits de ses récoltes après plus de trois mois des travaux champêtres. Parmi ces récoltes, le maïs, le haricot, le soja, …. Belle occasion  pour s’entretenir avec les jeunes ayant travaillé laborieusement, dans une cohésion sociale, pour parvenir aux récoltes dans leurs champs communautaires. Ces jeunes ont témoigné de leur expérience pendant les travaux et exprimé les difficultés qu’ils ont rencontrées en cours des travaux.

“ Nous sollicitons encore plus d’appui pour acheter des produits pour tuer différents insectes qui nuisent à noscultures. NPCYP nous a beaucoup aidés parce que nous avons pendant longtemps été victimes des guerres. Notre grand défi reste de trouver de grands étendus pour nos champs communautaires. Nous Souhaiterions aussi un appui en matériels aratoires tels que des houes, machettes, arrosoirs, etc.

A Luzira, comme dans d’autres axes soutenuspar SELP à Kalehe, avec l’appui de NPCYP, l’impact de ce projet dans la cohabitation pacifique a été très grand et grâce aux approches PAL et DO NO HARM, on peut dire que Luzira ne forme désormais qu’un seul axe avec les autres, pense Didier Muhimuzi, chef d’axe de Luzira. “Nous vous remercions d’arriver ici chez nous à KALEHE. Nous sommes heureux d’arriver à cette dernière phase de la récolte. Nous sommes ici grâce à SELP soutenu par NPCYP pour la consolidation de la paix ici à KALEHE. Ce projet nous unit dans la cohésion sociale. A travers cette activité, les jeunes d’ici à Luzira se connaissent avec ceux de Bulanga, TSHOFI et d’autres axes selon les répartitions de SELP. Cette cohésion se renforce lorsque nous nous rencontrons dans les champs communautaires. Nous remercions NPCYP pour le projet YAPP ici à KALEHE  via SELP. Dans les champs communautaire, en même temps que nous travaillons, nous débattons aussi de certains thèmes de paix pour renforcer la cohabitation pacifique ici à KALEHE »

Après Luzira, NPCYP visite TSHOFI où une autre bénéficiaire travaille un champ de tomate dans cet axe. BUHORO VUNABASHIGA LEKI, vingt-deux ans, se félicite du travail qu’elle a accompli grâce à SELP soutenu par NPCYP, qui lui a octroyé des semences de tomateet formé dans le travail des champs. De son champs d’une étendue de  50m x30m, elle a  récolté douze bassins et, comme la récolte se poursuitjusqu’au mois d’aout, elle espère récolter encore plus de trente bassin de tomates. « Pour la première fois j’ai récolté trois bassins, la deuxième trois bassins et la troisième sept  bassins ce qui fait au total douze bassins. J’espère que la récolte pourra s’étendre jusqu’au mois d’aout et je pourrai encore en récolter même plus de 30 bassins ».

Avec l’argent qu’elle en gagne, Lekientrevoit commencer un commerce qui la permettra mille fois de rester autonome.   « Ces produits récoltés sont vendus dont chaque bassin à à14000fc. L’argent que je gagne est utilisé pour subvenir à mes besoins. J’épargne aussi pour lutter contre le chômage. Je crée moi-même de l’emploi. Après la récolte, avec l’argent que j’aurai gagné, je ferai du commerce »

La jeune Leki trouve que ce projet est une belle opportunité pour elle et pour  tant d’autres jeunes afin de lutter contre le chômage et militer en même temps pour la cohabitation pacifique. Elle encourage d’autres jeunes à intégrer SELP pour dépasser l’oisiveté. “Socialement j’ai rencontré d’autres jeunes, économiquement,  j’arrive à m’auto prendre en charge. Ce projet aide les jeunes à passer leur temps, à mieux s’occuper.

Luzira et Tshofi font partie des neufaxes dans lesquels SELP intervient à KALEHE  grâce à l’appui de NPCYP dans le cadre du projet YAPP (Action des Jeunes pour la Paix). Ces axes sont entre autres Tshofi, Kaseke,  Ioka, Luzira,Tshibanda, Ibinja, Tshibanja, Bushushu et lushebe. Ces axes réunis ont produit pour cette saison haricot, maïs, tomate, arachide, oignon et soja.

Selon Amani Jospin, administrateur de SELP, ce projet a produit de l’impactsocio-économique. « Cette activité a créé une forte cohabitation pacifique entre les jeunes. Les jeunes ont des champs communautaires où ils ont des réunions et échangent autour des expériences et traitent certains problèmes et des conflits qui peuvent empiéter leurs communautés. Les jeunes ne trouvaient pas du temps de dialoguer ensemble mais l’ont trouvé autour du projet YAPP. Ces jeunes nous les avons réunis et leur avons montré le bienfait retrouvé dans la cohabitation pacifique. Sur le plan économique, et uniquement dans leurs champs communautaires, les jeunes produisent jusqu’à 450Kg de maïs ou 650Kg de haricot, des oignons, des arachides. Rappelons qu’à part les champs communautaires, au nombre de 115 jeunes, ils avaient aussi exploité leurs champs individuels avec la semence que SELP leur avait distribuée au mois de février dans une foire agricole. Les jeunes deviennent de plus en plus autonomes et épargnés de plusieurs formes de manipulations de la part des personnes de mauvaises volontés »

Patrick BASSHAM