Projet YAPP : La culture des maïs favorise la cohabitation pacifique entre les jeunes à Uvira

Comme un seul homme, c’est dans la joie, l’amour et la convivialité que les jeunes d’Uvira unis au sein de l’organisation UNIJECRE (Union des Jeunes Chretiens pour la Reforme du Congo) ont procédé ce mardi 26 juin 2020 à la récolte des maïs cultivés sur un champ d’une étendue d’un hectare à Kiliba, une citée située à dix kilomètres de la ville d’Uvira.

Cette activité était réalisée par l’UNIJECRE (Union des Jeunes Chrétiens pour la Reforme du Congo) dans le cadre du projet YAPP (Action des jeunes pour la Paix) soutenue par NPCYP et son objectif  consistait non seulement à accompagner les jeunes dans l’entrepreneuriat à travers le travail des champs mais aussi à les initier au travail en commun, dans l’amour et la cohésion sociale.

Cet objectif a grandement été atteint. Pendant plus de trois mois, les jeunes de différentes origines ethniques ont travaillé ensemble depuis le semis jusqu’à la récolte des maïs. Moise Lupela, PCA (Président du Conseil d’Administration) de l’UNIJEC s’en félicite et remercie vivement tous les jeunes qui se sont laborieusement impliqués dans ce processus. «  Les jeunes de différentes tribus sont aujourd’hui mobilisés à travers un même langage suite à cette activité. Comme on pensait que ce sont les jeunes qui font des désordres dans notre entité. L’UNIJECRE a réuni tous les jeunes présumés semeurs de l’insécurité et cette activité les a occupés dans un meilleur climat de paix, ce qui contribue aujourd’hui à baisser le taux d’insécurité ici chez nous »

Ce sentiment est partagé par un des jeunes ayant œuvré pour la réalisation de ce projet. Selon BUURU Cyril, président du comité local des jeunes de Kiliba, de ce travail il  a résulté un climat de vivre-ensemble entre tous les jeunes malgré leurs différences et des formes de conflits qui existaient entre eux. « On se parlait n’importe quoi, on travaillait dans la paix et le dialogue, nous les jeunes de différentes tribus. Chacun donnait sa main d’œuvre, ses propres efforts, chacun faisait quelque chose pour que les choses se passent très bien. Il y avait des conflits entre nous mais grâce au travail, et à la sensibilisation que nous avions eue nous cohabitons pacifiquement aujourd’hui, on part au travail ensemble, on récolte ensemble »

Après cette étape, les jeunes de l’UNIJECRE  ne comptent pas baisser les bras. Grace au rendement de ces récoltes, ils vont poursuivre leur projet et la prochaine étape sera la fabrication des savons. « Nous sommes en train de nous mobiliser pour voir si grâce à ce produit nous pouvons parvenir à appuyer cette AGR. Le savon est vendu à une quantité insuffisante ici chez nous » projettent-t-ils dans l’espoir de poursuivre la cohabitation pacifique qu’ils ont réussi à instaurer entre les jeunes. « Cela va encore nous aider à être ensemble parce que ce sont les jeunes qui sont les premières cibles ou les premières victimes. Avec cette activité de production de savon, chacun fera sa propre tâche et puis nous nous mettrons ensemble pour atteindre un bon résultat. » 

Patrick Bassham