YAPP : Un projet piscicole tenu par le CRF avec le soutien de NPCYP portera bientôt ses fruits

C’est l’un des projets prometteurs  pour cette deuxième phase du projet YAPP en RDC. Implanté à Bweremana, dans le territoire de Masisi au Sud de Goma, cette activité piscicole  tenue par CRF  (Christian Relief Found) avec le soutien de NPCYP dans le cadre du Projet YAPP (Action des Jeunes pour la Paix), réunit les jeunes de différentes tribus de cette zone autour d’un objet commun : La pisciculture, une première à être implantée dans la zone au profit de la jeunesse. Lors de la prochaine récolte, le CRF espère fournir jusqu’à 100 000 poissons à nourrir les habitants de Minova, Sake, Kirotshe, et même jusqu’à Goma.

Située au bord du lac, dans une concession que le CRF a réussi à louer grâce au financement du projet YAPP,  entouré par un mur de protection contre les voleurs et les animaux ravageurs (serpent et oiseaux), deux étangs piscicoles sont régulièrement entretenues par les jeunes qui s’occupent des entretiens, d’autres de nourrir les alevins. Dans la première d’une dimension de 8m sur 10 une quantité de semence de 1500 poissons y a été mise et dans la deuxième de 12m sur 15, 2500 alevins. Pour Clémentine FURAHA, coordonnatrice du CRF, c’était une opportunité pour l’association d’implanter un tel projet dans cette entité « Nous avons décidé de réaliser un projet de pisciculture ici à Bweremana afin de répondre au défi majeur auquel font face les jeunes. Tout a commencé par une étude du milieu et nous avons constaté que ce milieu est favorable. L’objectif était l’encadrement des jeunes sans emploi qui passent des journées dans des futilités et dont l’avenir inquiète beaucoup la communauté, … ça fait maintenant deux mois et demi depuis que nous avons mis la semence et avons construit aussi un mur de protection contre les voleurs et les animaux destructeurs tels que serpents et oiseaux carnivores étant donné que nous sommes au bord du lac » raconte-t-elle.

Même si le CRF attend impatiemment la prochaine récolte, les membres de cette organisation doivent encore surmonter quelques défis comme lutter régulièrement contre des voleurs qui rôdent autour de l’AGR ou d’autres bestiaux comme des serpents. « Vous savez très bien que les difficultés ne peuvent pas manquer et comme nous sommes au village, la première difficulté ce sont des voleurs, mais aussi il y a des serpents et d’autres animaux aquatiques féroces, à part ça étant donné que le projet s’est avéré innovant, nous faisons face à une grande demande d’adhésion des autres jeunes qui souhaitent être associés dans cette activité. Nous aimerions à ce que nos partenaires puissent nous soutenir car c’est un grand projet demandant tant de choses et qui requiert la surveillance, concernant la nourriture des poissons que nous importons depuis Goma »

En attendant la prochaine récolte, l’activité que mène CRF a, d’une certaine manière, réussi à aider et épanouir les jeunes.

Pour Diane SERKALI, une des jeunes filles bénéficiaires du projet,grâce à CRF, elle a désormais une occupation à travers laquelle elle saura se prendre en charge. « J’aime beaucoup CRF car j’ai déjà  vu les avantages d’en être membre ; et je le remercie beaucoup car je ne savais pas quoi faire pour me prendre en charge dans les jours à venir, mais avec CRF l’espoir est au zénith. Au lieu de rester à la maison sans rien faire,je me suis décidée me lancer dans le projet aussi. Voilà que nous avons déjà des étangs dans lesquels nous élevons des poissons ici  et j’espère que ça va donner de bons  résultats et nous aider d’abord dans l’alimentation  mais aussi dans la vente afin de répondre à certains besoins primaires que je dispose comme femme et je remercie beaucoup CRF et ses partenaires pour ces actions louables à mes yeux. »

De son coté, Douglas Lusambo, est devenu spécialiste dans la fabrication des étangs et ses services sont désormais loués partout grâce à une formation reçue au sein de CRF à travers ce projet. « Je suis Douglas Lusambo, natif de Katana, je  suis venu ici à Bweremana pour  gagner ma vie et c’est par là que CRF est venu me sensibiliser au projet de consolidation de la paix avec les autres jeunes.  C’est comme ça que grâce à l’appui financier de NPCYP nous avons été formés en techniques d’élevage des poissons à travers les étangs piscicoles.  Le travail a fait normalement 9 jours. Je demande  à CRF que ces travaux ne se limitent pas seulement sur nous, mais plutôt qu’ils étendent ce projet dans plusieurs autres zones et qu’ils nous augmentent des marchés en tant que creuseurs qualifiés »

Le CRF reste positif. Avec ses activités menées à Bweremana, il est désormais possible de parler de consolidation de la paix.

La prochaine récolte nous en dira plus.

Patrick BASSHAM